Strasbourg En Commun

écologie

AXE 2 : L’ECOLOGIE A STRASBOURG, UNE écologie sociale et populaire

  • Déclarer la ville de Strasbourg en urgence climatique.

Z(T)FE

  • Informations sur la ZFE (interdiction du diesel en ville votée par la municipalité sortante) et consultation des Strasbourgeoi.se.s.
  • Mise en place de mesures d’accompagnement pour les personnes et professionnels n’étant pas capables de changer de véhicule
  • Limiter progressivement la circulation des véhicules non adaptés au milieu urbain (SUV, camionnettes, poids lourds …)
  • Mise en place d’une ZTFE qui inclue plus largement toutes les émissions de gaz ou particules polluantes (incinérateur des déchets, centrale à bois, industrie …).

Transports

  • Mettre en place les procédures pour annuler le GCO
  • Favoriser des transports collectifs avec une tarification dégressive jusqu’à la gratuité sur des critères sociaux/fiscaux et pour les mineurs. Tendre vers la gratuité totale d’ici la fin du mandat.
  • Apaiser, sécuriser et assurer la continuité et la qualité du réseau des pistes cyclables. Renforcer la présence d’arceaux et de garages à vélos.
  • Instaurer, sous l’égide de la ville, un système de covoiturage (par inscription et mise en réseau entre particulier)
  • Créer, sur l’autoroute urbaine A35, un couloir réservé aux covoiturages et véhicules occupés par plusieurs personnes.
  • Compléter le système de transport en commun actuel par des liaisons circulaires qui relient les quartiers. Inclure une partie du réseau TER aujourd’hui inutilisé.
  • Développer les alternatives aux transports par camions et véhicules utilitaires (usage des voix d’eau, développement des vélos-cargos et vélos-taxis, réflexion sur un tram-fret). Renforcer le contrôle sur les camions pour éviter le transit urbain.

Urbanisation et espaces verts

  • Revoir la politique d’urbanisation en concertation avec les habitant.e.s : revaloriser les espaces verts, remettre en place des services publics de proximité et des services aux habitant.e.s de qualité, limiter l’étalement urbain.
  • Revégétaliser Strasbourg :
    • 20 à 30% d’espaces verts dans toute nouvelle construction.
    • Dans les espaces verts municipaux, au moins 10% d’ilots de nature libre 
    • Ouverture des espaces verts en pied d’immeuble en jardins participatifs gérés par les habitant.e.s sous la responsabilité des conseils de quartier.
    • Renforcer la continuité des corridors écologiques traversant la ville 
  • Revoir le règlement local de publicité intercommunale (RLPI). Réfléchir à la question de la publicité dans la ville, notamment à visée commerciale. Stop au développement des panneaux lumineux. Remettre en place les panneaux de libre affichage qui ont disparu de la ville ces dernières années.
  • Mise en place de 1000 composteurs publics. Augmentation du nombre de poubelles à verre et à carton.
  • Mise en place d’une stratégie concernant la pollution engendrée par le tourisme à Strasbourg (cars, bateaux de croisières fluviales)
  • Déminéraliser les espaces (cours d’écoles, parkings, remplacer les terrains de sport par des terrains naturels)

énergie

  • Améliorer l’efficacité énergétique de l’éclairage public. Appliquer la loi en termes de réduction de pollution lumineuse (réduction de l’éclairage entre 1h00 et 6h00, extinction des enseignes après 23h00).
  • Interdire le chauffage des terrasses en hiver.
  • Lancer un plan solaire sur Strasbourg pour promouvoir la production locale et l’installation de panneaux solaires sur les toits des parkings, des bâtiments dépendants de la ville et des services publics.
  • Publier et compléter au besoin les études énergétiques sur l’ensemble des bâtiments publics. Renforcer le plan de rénovation énergétique de ces derniers et afficher leurs performances énergétiques

Alimentation

  • Privilégier les circuits-courts, une production locale et biologique et diminuer de 50% les produits carnés dans les restaurations scolaires et professionnelles de la municipalité
  • Soutenir les expériences associatives de restauration dans le périscolaire et pour le grand public, ainsi que les coopératives alimentaires
  • Instaurer des jardins pédagogiques et ateliers de cuisine par et pour les élèves.
  • Développer les marchés couverts dans les quartiers 
  • Préserver les espaces maraichers déjà existants à Strasbourg. Accompagner le transfert de nos parcelles municipales vers une production bio et locale.

Les animaux en ville

  • Création d’une délégation « Condition animale » à l’Eurométropole, en concertation avec les
    associations.
  • Interdiction de toute exposition, événement, salon, concours utilisant des animaux à des fins autres
    que leur adoption gratuite
  • Interdiction des cirques avec animaux dans Strasbourg
  • Modifier les méthodes de traitement des animaux dits nuisibles et privilégier les mesures
    d’éloignement et la stérilisation
  • Fermeture du Zoo de L’Orangerie en s’assurant que les animaux soient replacés dans des refuges
    spécialisés. Maintien du refuge des cigognes.
  • Fermeture de la mini-ferme et transfert des animaux vers des espaces d’éveil à la nature, avec
    comme priorité le bien-être animal